God is love

God is light

SCEE

(Christian Service for Evangilisation & Edification )

Serving Christ

L'homme parfait, le Dieu de gloire- le 18-04-2011/ -Le Seigneur est proche-

Attention: open in a new window. PDFPrintE-mail

 

L’Homme parfait, le Dieu de gloire

Notre Sauveur, notre Seigneur, notre modèle

 

“Ayez donc en vous cette pensée qui a été aussi dans le Christ Jésus, Lui qui, étant en forme de Dieu… s’est anéanti Lui-même, prenant la forme d’esclave… et, trouvé quant à Son aspect comme un home, il s’est abaissé Lui-même, étant devenu obeisant jusqu’à la mort, et à la mort de la croix”  (Philippiens 2 : 5-8)

 

L’apôtre Paul nous présente l’Homme parfait, sans volonté propre, humble, obéisant, le Christ Jésus. C’est Lui qui est le divin remède contre l’envie et la jalousie, l’esprit de parti et la vaine gloire – en bref, le fait d’être occupé de soi sous toutes ses formes détestables.

 

Nous voyons là Celui qui possédait toute autorité dans le ciel et sur la terre. La majesté et la gloire divines Lui appartenaient. Il était Dieu sur toutes choses, béni éternellement (Romains 9 : 5). Par Lui et pour Lui (pour Sa gloire) “tout a été créé”, et “tout subsiste par Lui” (Colossiens 1 : 17). Et cependant il s’est présenté dans ce monde comme un homme pauvre – un serviteur. Les renards et les oiseaux, créatures qu’il avait formées, étaient mieux pourvus que Lui, leur Créateur. Ils avaient un lieu pour se reposer. Lui n’en avait pas (Luc 9 : 58).

 

Il pensait aux autres, s’occupait d’eux, travaillait pour eux, pleurait avec eux, pourvoyait à leurs besoins; mais il ne faisait jamais rien pour Lui-même. Nous ne le trouvons jamais occupé à se procurer quoi que ce soit pour Lui. Sa vie était une vie de parfait renoncement à Lui-même. Lui qui était tout, s’est anéanti Lui-même. Il est là en parfait contraste avec le premier Adam qui, étant seulement un homme, a pensé se faire égal à Dieu, et est devenu l’esclave du serpent. Le Seigneur Jésus qui était le Dieu très-Haut, a pris la place la plus basse parmis les hommes.

 

Il est absolument impossible qu’un homme puisse prendre une place aussi basse que Jésus. Il était “comme une racine sortant d’une terre aride”; il n’avait “ni forme, ni éclat”, aucune beauté aux yeux des hommes (Esaïe 53 : 2). Du début à la fin de Sa vie sur la terre, il a été l’homme méprisé, rejeté, sans volonté propre, doux et humble. Il a tout donné, jusqu’à Sa propre vie. En un mot, Son renoncement à Lui-même était complet.

                                                                                                                                                                                        C. H. Mackintosh

 

Tu vins, dans notre nature,

 Prendre sur toi nos langueurs;

Pour sauver Ta créature,

Tu fus l’homme de douleurs.

                                                                           Psalmodie Morave


blog comments powered by Disqus